Hempyreum.org
Local Time
English (UK) Deutsch (DE) Français (FR) Español (ES) Italian (IT)
L’Allemagne se démène pour satisfaire la demande en cannabis médical
Auteur: Micha 17/11/2017 - 14:00:00

Six mois après l’adoption de la loi permettant l’utilisation médicale du cannabis, les pharmacies allemandes sont aux prises avec une sévère pénurie de cannabis. Les cinq variétés Tweed se sont toutes écoulées il y a de cela des semaines, et le nouvel arrivage n’est prévu que dans une semaine. 

De nombreux médias confirment qu’en raison de ces pénuries, les patients ne peuvent se fier à un approvisionnement garanti, six mois après la légalisation du cannabis médical. Actuellement, il ne reste que de petites quantités de la variété Pedanios 22/1 qui malheureusement contient des graines, ce qui fait passer son niveau standard de THC de 22 % à 19,5 %. Le producteur néerlandais de cannabis médical, Bedrocan, ne peut lui non plus satisfaire la demande, et certaines de ses six variétés sont tout simplement non disponibles. Sur les forums de patients, on peut lire que seules les pharmacies qui avaient fait des réserves de cannabis peuvent peut-être fournir les patients. 

Bedrocan déclare que les pénuries de cannabis ne découlent pas d’un manque de disponibilité de leurs produits, mais plutôt de facteurs bureaucratiques. Voici ce que le service de presse de l’entreprise a déclaré : 

« Le gouvernement fédéral allemand a demandé au gouvernement néerlandais de lui fournir 700 kg de cannabis cette année. Le Bureau néerlandais du cannabis médical (OMC), l’organe responsable de l’exportation du cannabis néerlandais, assurera l’approvisionnement du volume demandé conformément aux termes de ce contrat. Il semble que la demande allemande est plus importante que ce qui avait été anticipé par le gouvernement fédéral. Nous recommandons aux patients allemands de s’adresser à leur député pour discuter du problème. Malheureusement, nous ne pouvons rien faire de notre côté. Nous fournirons le volume exigé par l’OMC néerlandais. »   

Augmentation rapide du nombre de patients se traitant au cannabis

« La demande en cannabis a naturellement augmenté parce que les médecins en prescrivent plus fréquemment. Mais le cannabis ne pousse pas plus vite juste pour satisfaire les politiciens », avait déjà déclaré Mathias Arnold, président de l’association nationale des pharmacies de Saxe-Anhalt, au Mitteldeutsche Zeitung l’été dernier.

Mais ce n’est que partiellement vrai : le cannabis n’aurait pas à pousser plus vite si les quotas d’importation étaient augmentés sur-le-champ. La demande annuelle des patients allemands avait été calculée à partir de la demande de 1000 anciens détenteurs d’un certificat d’exemption. L’Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux (BfArM) a dû réagir rapidement aux décrets de mars 2017 s’il avait au moins l’intention de calculer une quantité plus à même de satisfaire la demande réelle.

Les patients qui publient sur les forums de DHV et SCM (réseaux d’entraide pour les utilisateurs de cannabis) partagent leurs inquiétudes et ne croient pas que la situation de l’approvisionnement s’améliorera à court terme. Tous ceux qui n’ont pas passé leur commande bien à l’avance se retrouveront à sec. Pour l’instant, avant même d’aller consulter leur médecin, les patients doivent se renseigner auprès de leur pharmacie pour savoir s’il y a quelques variétés disponibles, s’il y en a en quantité suffisante et demander une mise en réserve. Car voilà, si la pharmacie n’est pas en mesure de fournir une variété spécifique de cannabis médical, l’ordonnance expire après sept jours, ce qui contrait le patient à retourner voir son médecin pour obtenir une nouvelle ordonnance pour l’une des variétés disponibles.

Question centrale – remboursement des frais

Deux raisons expliquent la pénurie. D’une part, les patients dont l’assurance maladie a accepté de rembourser les coûts associés au cannabis médical peuvent finalement obtenir en pharmacie la totalité de leur dose mensuelle. Avant la couverture, s’ils n’avaient pas les moyens d’obtenir tout le cannabis dont ils avaient besoin, ils en achetaient une fraction légalement, et l’autre sur le marché noir – ou bien ils le cultivaient eux-mêmes. De plus, à la suite de la légalisation, tous les gens qui auparavant ne s’étaient pas donné la peine de faire une demande d’exemption peuvent maintenant obtenir une ordonnance pour les fleurs de cannabis. Les médecins avaient toujours été réticents à émettre des reçus à des fins de remboursement, craignant des représailles de la part des compagnies d’assurance maladie. Cela signifie que le cannabis est généralement prescrit au privé et les patients doivent payer eux-mêmes jusqu’à 25 € le gramme. Pourtant, après des années d’illégalité, bien des gens ne sont pas rebutés par les coûts exorbitants et s’approvisionnent légalement pour la première fois.

La légalisation s’est accompagnée de l’explosion du prix du cannabis. Les pharmacies justifient le coût qui se situe autour de 25 € en invoquant la complexité des lois sur les droits à verser du système de la santé allemand. En vertu de la nouvelle loi, le cannabis est maintenant considéré comme une substance d’ordonnance. A ce titre, la matière première doit être réemballée et étiquetée conformément aux normes allemandes pour ensuite être séparée en dose (c.-à-d. moulue) avant d’être distribuée aux patients. Même si le médecin spécifie « non moulue » sur l’ordonnance et que la pharmacie ne doit pas moudre le cannabis, les coûts demeurent les mêmes. Les droits payables associés à ce processus sont un peu inférieurs à 10 € le gramme. Aux Pays-Bas, il en coute quatre fois moins cher pour le même médicament.

Compagnies d’assurance maladie esquivent le remboursement des frais associés au cannabis médical

Avant l’entrée en vigueur de la loi, il n’y avait qu’un peu plus de 1000 détenteurs de certificat d’exemption. Puis, entre mars et le début de juillet, Techniker Krankenkasse (TK) et AOK ont reçu à eux deux près de 3200 demandes de remboursement pour du cannabis médical. Le 7 juillet, TK avait traité exactement 863 demandes, desquelles 522 ont été approuvées et 341 refusées. A cette même date, la plus importante compagnie d’assurance maladie allemande, AOK, avait reçu environ 2300 demandes, approuvant « environ la moitié », selon ses dires. De son côté, Barmer Ersatzkasse avait reçu 1420 demandes, et 46 % ont été rejetées. On constate que même avec une ordonnance médicale, la moitié des patients ne touchent pas de remboursement, ce qui les contraint à débourser des frais exorbitants de leur poche, ou à se tourner vers le marché noir.

Le vrai nombre de demandes reçues par les trois autres gros assureurs santé et d’autres plus petits n’est pas encore connu. On ne connait pas non plus, jusqu’à maintenant, les données au sujet des patients ayant payé en privé leur cannabis d’ordonnance après l’entrée en vigueur de la loi sans demander un remboursement des frais. Comme il n’y a que deux compagnies d’assurance maladie qui ont révélé leurs données jusqu’à présent et que le ministère fédéral de la Santé reste muet, il est difficile de déterminer le nombre de patients se traitant au cannabis en Allemagne depuis l’adoption de la loi.

12 500 préparations de cannabis ont été prescrites durant les trois mois suivant la légalisation

Les experts estiment que le nombre de patients a décuplé, à en juger par le nombre total de personnes assurées en Allemagne. Maximilian Plenert est un expert du cannabis médical au sein du gouvernement fédéral allemand, et agit souvent à titre de conseiller. Se basant sur les données et les commentaires qui lui ont été transmis, Plenert estime qu’entre le début de mars et la fin de juillet 2017 seulement, près de 10 000 patients ont obtenu des fleurs de cannabis auprès d’une pharmacie, d’une manière ou d’une autre. Le magazine Apotheker-Zeitung rapporte qu’au total, 12 500 préparations de cannabis ont été prescrites durant les trois mois suivant la légalisation.

Personne n’avait anticipé une telle hausse. Pedanios avait fait des prévisions généreuses et avait acheté tout le cannabis médical que pouvaient fournir les Pays-Bas et le Canada. Mais on avait aussi dit aux patients allemands qu’il y aurait suffisamment de cannabis en pharmacie à l’intérieur de six à huit semaines. Pedanios avait déclaré au tageszeitung en août qu’il n’y aurait plus de pénurie.

Mais l’entreprise berlinoise n’a pas toujours pu satisfaire la demande depuis, et déplore la situation actuelle qu’elle espère voir s’améliorer rapidement. La production au Canada est passée de l’Ontario à l’Alberta. Comme les autorités albertaines n’étaient pas tout à fait familiarisées avec les procédures d’exportation, des délais sont survenus sur les exportations antérieures. Tout est maintenant rentré dans l’ordre, et comme l’a déclaré dans un entretien téléphonique le directeur général de Pedanios, Patrick Hoffman, la prochaine importation de masse est prévue pour novembre. La dernière importation ne pouvait fournir que des fleurs contenant des graines, ou rien du tout pendant des semaines. Face à la pénurie actuelle des stocks, on a préféré importer un produit de moindre qualité. Cette situation ne doit pas arriver une autre fois.

En raison de la présence de graines, la variété a cette fois-ci dû être appelée ‘Pedanios 19.5/1’ parce que l’étiquette du lot actuel indique un taux de THC de seulement 19,5 %.

Patients doivent encore faire des poursuites

Six semaines après l’introduction de la nouvelle loi, il est aussi devenu apparent que les compagnies d’assurance maladie allaient refuser un nombre important de demandes de remboursement. Même les anciens détenteurs d’un certificat d’exemption gouvernemental ont vu leur demande rejetée. Ainsi, avec l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, plusieurs patients se retrouvent incapables de payer de 23 à 25 € pour un gramme de cannabis. Nombreux sont les patients qui portent leur dossier devant le tribunal. S’ils gagnent leur cause, ce que bien des observateurs croient possible, la demande pour des fleurs de cannabis médical explosera.

La nouvelle loi sur le cannabis médical n’enchante que les pharmaciens

Alors que bien des médecins et des compagnies d’assurance maladie s’opposent au cannabis, les pharmaciens quant à eux semblent se délecter dans leur nouveau rôle. Comme le rapportait récemment le Deutsche Apotheker-Zeitung, la majorité des pharmaciens ont accueilli favorablement la nouvelle loi. Trois pharmaciens sur dix affirment que la nouvelle loi a eu un effet positif sur la demande ; ils ont vendu plus de cannabis depuis l’adoption de la loi. Cependant, 98 % d’entre eux se plaignent de l’investissement supplémentaire qu’occasionnent les tests additionnels. C’est peut-être ce qui explique la surcharge de près de 10 € par gramme, une compensation pour leurs efforts. Finalement, 30 % des pharmaciens n’ont pas d’opinion au sujet de la nouvelle loi, et un sur cinq s’y oppose.

Les patients allemands seront dépendants du Canada et des Pays-Bas jusqu’en 2019

Actuellement, les patients allemands ne reçoivent que les surplus des programmes de cannabis canadiens et néerlandais. Si la demande au Canada ou aux Pays-Bas augmente, les pharmacies allemandes seront encore aux prises avec une pénurie. En vertu du programme de culture de cannabis, les besoins nationaux sont évidemment priorisés, et ce ne sont que les surplus qui sont exportés. Pour le Canada, on émet l’hypothèse que lorsque le cannabis y sera légalisé en 2018, il y aura une pénurie que seuls les gros producteurs de cannabis médical pourront gérer. De toute façon, il est beaucoup plus facile et combien moins encombrant d’un point de vue bureaucratique d’approvisionner le marché national récréatif que d’entrer dans les longues procédures de demandes d’exportations et d’importations. Par ailleurs, le premier cannabis à être cultivé en Allemagne ne sera pas disponible avant 2019.

Pourtant, cette situation de pénurie et de refus de remboursement n’est pas complètement sombre. Les patients qui se traitent au cannabis intentent actuellement des poursuites et exigent le droit de cultiver leur propre médicament ; ils ont beaucoup plus de chance de gagner leur cause lorsqu’un approvisionnement régulier ne peut leur être garanti.

The post L’Allemagne se démène pour satisfaire la demande en cannabis médical appeared first on Sensi Seeds Blog.

Article original sur sensiseeds.com:L’Allemagne se démène pour satisfaire la demande en cannabis médical



info
Totale pages / langue:   26'269 / 1'677
Dans l'archive :   46'558
Pages des dernières 24 heures:   6
Pages de ce mois:   216
Affichage:   6'052'326
Affichage dans l'archive:   10'025'190

©2017 - Hempyreum.org - Agrégateur de nouvelles sur la Chanvre et le Cannabis [Bêta] | Tous les droits et la propriété du contenu appartiennent à leurs respectifs propriétaires

Publicité