Hempyreum.org
Local Time
English (UK) Deutsch (DE) Français (FR) Español (ES) Italian (IT)
Weed business : l’homme qui enfume la France
Auteur: Articles 03/11/2017 - 17:55:00

Cet ex-banquier suisse vient de trouver le moyen de vendre du cannabis en France en toute légalité. Rencontre avec Jonas Duclos, le petit génie du weed business. 

Photo : Balthazar Wyss 

C'est officiel : Jonas Duclos, 31 ans, est le premier homme à vendre de la weed légalement en France. Depuis près d'un mois, il distribue sur notre territoire la BlueDream, une herbe qui respecte scrupuleusement la législation française en affichant un taux de THC inférieur à 0,2 %. 

Le THC n'est que l'un des 85 cannabinoïdes actifs du cannabis, et en avril dernier, lorsqu'il décide de se lancer dans le weed-business, Jonas mise sur un autre cannabinoïde : le CBD, ou cannabidiol. Contrairement au THC, le CBD n'a pas d'effet psychoactif. Il n'aurait aucun effet secondaire, soulagerait les inflammations, la dépression et l'anxiété. Une substance que l'industrie pharmaceutique étudie d'ailleurs de près et qui aurait déjà fait ses preuves sur les malades atteints de sclérose en plaques.

En avril dernier, cet ancien responsable financier spécialisé dans la gestion de fortunes pour de grandes banques suisses lance CBD420, avec deux associés, Kévin Goetelen et Bruno Studer. Son ambition : imposer la weed légale en Europe. Six mois après le lancement de CBD420, ses produits sont déjà vendus dans près de 700 tabacs et commerces en Suisse. Aujourd'hui, il compte bien envahir le marché français. Voici comment.

VICE : Pourquoi as-tu décidé de te lancer dans le weed business ?
Jonas Duclos : J'ai de gros problèmes de santé depuis quinze ans, j'utilise le cannabis comme antidouleur depuis presque autant d'années et j'ai la forte conviction que le cannabis présente un vrai potentiel thérapeutique.
Puis j'ai commencé à m'intéresser au chanvre industriel. Cela fait des siècles que les pays d'Europe produisent du chanvre industriel, on l'utilise pour le papier, les toiles des bateaux, on peut même le retrouver dans l'isolant de notre maison.
L'utilisation du chanvre est aussi vieille que l'histoire de l'Empire de Chine ! En Suisse, la loi qui régit le chanvre industriel a évolué, et la tolérance pour la concentration maximale de THC est passée de
0,2 à 1 %. Ça voulait dire qu'on pouvait créer un produit à la fois agréable à fumer, et conforme à la réglementation suisse. On a foncé.

En France, la réglementation n'a pas évolué, et la concentration maximale de THC tolérée est toujours de 0,2 %. Alors comment fais-tu pour vendre ta weed légalement ici ?
La limite est fixée à 0,2 % dans la plupart des pays où le cannabis n'est pas légalisé. Nous avons donc récemment réussi à développer un produit qui respecte cette limite, tout en étant agréable à consommer.

Photo : Vladimir Tisma

Cela veut dire quoi, très concrètement ?
Cela veut dire que ce produit est très faiblement concentré en THC pour respecter la législation, mais fortement dosé en CBD. On l'a appelé BlueDream, et on le distribue aujourd'hui dans une douzaine de points de vente en France.

Comment se sent-on après avoir fumé un joint de BlueDream ?
La plupart des gens attribuent les effets du cannabis au THC, mais le THC est surtout psychoactif. L'effet de détente corporel provient du CBD. Fumer de la BlueDream va donc te détendre.

On compte aujourd'hui 700 000 usagers quotidiens de cannabis en France. Le weed business est donc un bon filon, non ?
Avec mes deux associés, nous avons fondé CBD420 en avril 2017. Nous avons investi au total 100 000 Francs suisses [87 000 €, ndlr], provenant de nos économies personnelles, et nous avons commencé à bosser dans notre appart. Aujourd'hui, nous avons dépassé le million de chiffre d'affaires [868 000 €, ndlr] et nous louons nos locaux dans l'un des plus beaux spots de Genève.
Je me suis beaucoup intéressé au développement du marché du cannabis aux États-Unis, et aux entreprises qui sont actives à plusieurs niveaux dans les états qui le permettent, comme le Colorado, la Californie, l'Oregon…
Et clairement, il y a marché mondial monstrueux. Rien qu'en Europe, on parle déjà de dizaines de milliards d'euros. Après la France, nous voulons distribuer en Italie, au Portugal, puis dans tous les pays d'Europe. Nous allons également proposer une gamme de produits qui ne se fument pas, comme des bonbons ou des boissons.

Quelles sont les remarques de ton entourage quand tu expliques que tu gagnes ta vie en vendant de la weed ?
Mes associés et moi ne sommes pas du tout dans une dynamique de « deal » ! Nous proposons simplement un nouveau produit qui peut avoir beaucoup d'intérêt pour des personnes très diverses. En tout cas, mon activité professionnelle n'a étonné personne. Ma situation de santé est connue, et je prône mon traitement depuis des années. Je souhaite juste qu'un maximum de personnes profite des effets positifs du cannabis.

Source: vice.com

Article original sur cannaweed.com:Weed business : l’homme qui enfume la France



info
Totale pages / langue:   25'805 / 1'635
Dans l'archive :   46'558
Pages des dernières 24 heures:   26
Pages de ce mois:   789
Affichage:   5'749'097
Affichage dans l'archive:   9'965'647

©2017 - Hempyreum.org - Agrégateur de nouvelles sur la Chanvre et le Cannabis [Bêta] | Tous les droits et la propriété du contenu appartiennent à leurs respectifs propriétaires

Publicité