Hempyreum.org
Local Time
English (UK) Deutsch (DE) Français (FR) Español (ES) Italian (IT)
Gloire et chute de François Thierry, ancien patron de la lutte antidrogue
Auteur: Ariane Bernard 28/08/2017 - 14:39:00
François Thierry en 2012, lors d'une saisie de cannabis ( © Patrick Kovarik / AFP) 

Placé en examen le 24 août, François Thierry, ancien patron de la lutte antidrogue, est soupçonné d’avoir délibérément laissé entrer plusieurs tonnes de drogues sur le territoire français dans le but de faire tomber les réseaux de distribution. De son ascension à sa chute, retour sur le parcours en trois temps du commissaire. 

Être accusé de complicité du narcotrafic, c’est au-delà du comble pour un ancien patron de la lutte antidrogue. On serait presque tenté d’y voir un syndrome psychologique, dans la veine du pompier pyromane. 

Après une audition de près de dix heures, François Thierry, ancien numéro 1 de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis) a été mis en examen vendredi 25 août pour “complicité de détention, transport et acquisition de stupéfiants” et “complicité d’exportation de stupéfiants en bande organisée”.

Gloire : drogues, ministres de l’Intérieur et tontons

Depuis 2015, la probité de l’ancien commissaire de la brigade des stups est au cœur d’un scandale ébranlant la profession. François Thierry, ou “FT” pour les intimes, était pourtant renommé pour sa redoutable efficacité. Sorti de l’école de police en 1994, FT fait ses griffes en Guadeloupe où il traque les navires transportant de la coke en provenance d’Amérique du Sud. Il prend la tête du Service inter-ministériel d’assistance technique (Siat), chargé des écoutes et des agents infiltrés avant de se voir confier les rênes de l’Ocrtis en 2010.

Grand flic, FT devient rapidement une figure de la lutte contre la drogue, régulièrement interrogé par la presse. Il avait l’habitude de poser après ses plus belles saisies aux côtés des ministres de l’Intérieur successifs : Claude Guéant, Manuel Valls puis Bernard Cazeneuve…

Le secret de sa méthode ? Des indics (ou “tontons”) au cœur du réseau français de distribution. Et FT n’y allait pas de main morte. En 2009, il recrute un certain Sofiane Hambli, l’un des principaux fournisseurs de cannabis en France. L’objectif ? Détecter “le plus en amont possible les flux de cannabis”. Selon le JDD, Hambli permet la saisie de plus de 1,4 tonne de cocaïne, la mise en lumière d’organisations criminelles européennes puissantes et l’identification de collecteurs d’argent, consigné dans un rapport confidentiel d’octobre 2015.

Déclic : livraison “surveillée” de plusieurs tonnes de cannabis

Le hic, c’est que le tonton profite de son immunité pour faire prospérer son commerce. Défendu par la compagne de François Thierry en 2011, Sofiane Hambli bénéficie d’un régime de semi-liberté et rejoint la région parisienne en 2014. Il s’installe dans un luxueux penthouse de 250 m2 avec piscine sur le toit qu’il règle en cash chaque mois. En toute impunité, le “baron de l’or vert” se livre à l’importation de plusieurs tonnes de cannabis en provenance du Maroc.

On n’a jamais eu un indic avec une piscine sur le toit en plein Paris” déclare un ancien cadre de la police judiciaire de Lyon à Francetv Info en 2016. “Ce mec a 40 millions d’euros sur des comptes un peu partout en Europe. Ils lui ont créé un réseau logistique d’importation. Pourquoi ?”, s’interroge-t-il à propos d’Hambli.

En octobre 2015, la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) saisit 7 tonnes de cannabis dans 3 camionnettes garées boulevard Exelmans, précisément au pied du penthouse de Sofiane Hambli. L’enquête, ouverte le jour même par le parquet de Paris, retrouve des traces d’ADN lui appartenant.

Chute : dénonciation sur plusieurs fronts

La relation entre FT et son tonton font rapidement surface dans le cadre de l’affaire dès lors qu’Hambli affirme avoir toujours agi sur les ordres de ses “employeurs”, à savoir l’Ocrtis. Les faits résonnent avec les propos d’un certain Hubert Avoine. En octobre 2015, cet ancien indic envoie au ministère de l’Intérieur une lettre où il dénonce explicitement les méthodes de FT, son ex-employeur.

L’année suivante, la responsabilité de François Thierry est publiée au grand jour. Dans Libération, un dossier documente son rôle dans la gestion du trafic de cannabis en France. En mars 2017, Hubert Avoine publie L’Infiltré, un livre où il raconte être “devenu complice d’un système qui, au prétexte de lutter contre le trafic de drogue, contribuait à sa diffusion massive“.

François Thierry est alors placé en garde à vue par l’IGPN, la police des polices. Une “mise en examen injuste, hyprocrite et scandaleuse” a déclaré Francis Szpiner, avocat de François Thierry.  Parallèlement, il est “muté” à la sous-direction anti-terroriste (SDAT) : “Peut-on parler de mutation?” s’interroge alors Le Point. Au bout de trois mois, la mise en examen tombe : FT est officiellement poursuivi dans le cadre de cette affaire.

Les frontières poreuses de la légalité 

La question des relations entre flics et tontons revient tout autant que celle des frontières entre interdits et légalité. “La réalité du terrain est tout sauf manichéenne.” Cette phrase lâchée par un haut fonctionnaire de l’institution policière introduisait parfaitement “les confessions d’un ripou” publiées dans Libération en 2015. Un dénommé Benoît O. délivrait des propos particulièrement adaptés à la situation : “tout a été fait en borderline, comme les faux en écriture. C’est comme ça que çamarche.”

Pour quelles raisons on faisait ça ? Pour arrêter des dealers. En matière de stupéfiants, entre 70 et 80 % des procès-verbaux en France sont faux et tout le monde le sait dans la police. […] Le système fonctionne comme ça et personne ne dit rien. C’est juste de l’hypocrisie.”


The post Gloire et chute de François Thierry, ancien patron de la lutte antidrogue appeared first on Les Inrocks.

Article original sur blogs.lesinrocks.com:Gloire et chute de François Thierry, ancien patron de la lutte antidrogue


©2017 - Hempyreum.org - Agrégateur de nouvelles sur la Chanvre et le Cannabis [Bêta] | Tous les droits et la propriété du contenu appartiennent à leurs respectifs propriétaires

Publicité