Hempyreum.org
Local Time
English (UK) Deutsch (DE) Français (FR) Español (ES) Italian (IT)
Canada - Les petits producteurs de pot réclament leur place
Auteur: Articles 26/07/2017 - 16:20:00

Des « micro-producteurs » de produits dérivés du cannabis, qui craignent d'être tenus à l'écart du marché légal du pot au profit de grandes entreprises, ont pris part à une foire underground du cannabis artisanal, hier, à Montréal. 

Des micro-producteurs de pot ont présenté leurs produits dérivés du cannabis lors d'un « green market » qui a eu lieu hier à Montréal. Photo Robert Skinner, La Presse 

Tubes de yogourt glacé à saveur de fraise-coco-cannabis, sachets de poudre de limonade infusée au THC, tablettes de chocolat fin euphorisant au thé vert. Dans un loft du quartier de Griffintown, des dizaines de curieux ont pu tester hier les produits transformés de « micro-producteurs » de cannabis, dans le cadre d'un marché public underground qui fait la tournée des grandes villes canadiennes depuis deux ans. 

« Ces producteurs sont des rebelles qui cherchent à prouver qu'ils peuvent respecter des standards professionnels de production très élevés. Ils utilisent des cuisines commerciales aux normes et le font dans un environnement sain. On essaie de se rapprocher des normes de l'industrie alimentaire », assure Sarah Gillies, coorganisatrice de l'événement.
Sorte de foire de la marijuana artisanale, ce « green market » a été organisé à maintes occasions à Toronto et à Vancouver, mais il n'était jamais débarqué à Montréal jusqu'à maintenant, par crainte d'une intervention policière.

Les petits producteurs cherchent à s'imposer

Dans l'état actuel de la loi adoptée par le gouvernement Trudeau, ces petits producteurs de marijuana demeureront dans l'illégalité à partir du 1er juillet 2018, date à laquelle la consommation récréative du cannabis sera autorisée. Le gouvernement Trudeau entend éventuellement légaliser les produits transformés, mais compte confier leur production uniquement aux « producteurs autorisés » détenant une licence de Santé Canada. Aucun permis de transformation n'a jusqu'à maintenant été délivré.

Pour Damien, ancien brasseur qui s'est lancé dans la production de boissons gazeuses au THC trois mois avant l'élection de Justin Trudeau, le marché vert tenu hier était une façon de s'imposer dans l'industrie qui cherche par tous les moyens à écarter les petits acteurs comme lui qui proviennent du marché noir.
« Le gouvernement Trudeau a légalisé la consommation, mais on n'a jamais vraiment eu de débat sur le modèle d'entreprises qu'on veut voir se développer dans cette industrie. »
- Damien, producteur de boissons gazeuses au THC

« Pour le moment, ce ne sont que de grosses entreprises oligopolistiques qui ont le droit d'exister, comme c'était le cas pour la bière avant qu'on ouvre la porte aux petits producteurs, poursuit Damien. J'espère qu'on sera assez intelligents pour aller ailleurs cette fois-ci. »
« Grâce à des événements comme celui-ci, on veut démontrer que les petits producteurs sont incontournables, plaide pour sa part Lisa Campbell, une des coorganisatrices de la soirée. Il y a une demande pour leurs produits. Le gouvernement n'arrivera pas à les faire disparaître en leur refusant une place dans le marché. »

Jusqu'à maintenant, 52 entreprises ont obtenu une licence de production de Santé Canada leur permettant de faire pousser du cannabis et de le transformer en huile. Le seul producteur autorisé au Québec, The Hydropothecary, s'oppose à ce que les producteurs qui ont oeuvré par le passé dans le marché noir obtiennent de telles licences. « Je ne vois pas pourquoi ceux qui brisent la loi aujourd'hui cesseraient de la violer le jour où ils auront une accréditation », affirme Sébastien Saint-Louis, cofondateur de l'entreprise.

Du pot dans les bars à narguilé ?

Après les dépanneurs et les pharmacies, c'est au tour des propriétaires de bars à narguilé, aussi appelé sheesha, du Québec de réclamer des gouvernements le droit de vendre du cannabis et de laisser leurs clients le fumer dans leurs établissements dès 2018.

L'Association des propriétaires de sheesha du Québec, qui regroupe informellement une dizaine de commerces où on peut fumer le narguilé, a officiellement inscrit un mandat en ce sens dans le Registre des lobbyistes au début du mois. « Nous pensons que nous sommes les mieux placés pour le faire, puisque nous, nos établissements sont déjà forcés par la loi sur le tabac d'être munis d'un système de ventilation à pression négative et d'un système d'estampillage permettant le contrôle des pastilles de tabac.

C'est déjà très strict. On a tout le système déjà en place pour permettra la consommation de cannabis de façon sécuritaire et responsable », plaide Patrick St-Onge, propriétaire du Hookah Lounge et responsable de l'association. Aucune rencontre entre lui et des représentants gouvernementaux n'a eu lieu pour le moment, assure M. St-Onge. « On ne fait que commencer nos démarches. Mais ça vaut le coup d'essayer. Qui ne risque rien n'a rien. »

Par Tristan Péloquin

Source: lapresse.ca

Article original sur cannaweed.com:Canada - Les petits producteurs de pot réclament leur place



info
Totale pages / langue:   25'824 / 1'635
Dans l'archive :   46'558
Pages des dernières 24 heures:   34
Pages de ce mois:   808
Affichage:   5'760'586
Affichage dans l'archive:   9'967'767

©2017 - Hempyreum.org - Agrégateur de nouvelles sur la Chanvre et le Cannabis [Bêta] | Tous les droits et la propriété du contenu appartiennent à leurs respectifs propriétaires

Publicité