Hempyreum.org
Local Time
English (UK) Deutsch (DE) Français (FR) Español (ES) Italian (IT)
Le Conseil de la fédération s’ouvre à Edmonton
Auteur: Caroline Plante, La Presse canadienne 16/07/2017 - 19:06:00

Jacques Boissinot / La Presse Canadienne 

QUÉBEC — Le premier ministre Philippe Couillard a personnellement contacté «bon nombre» de ses homologues au cours des dernières semaines afin de leur expliquer sa Politique d’affirmation, «Québécois, notre façon d’être Canadiens». 

Il entend poursuivre la discussion lors de la rencontre du Conseil de la fédération, qui s’ouvre mardi à Edmonton, a-t-il indiqué dans une entrevue exclusive accordée à La Presse canadienne. 

Selon toute vraisemblance, M. Couillard a dû calmer le jeu après le dévoilement, en juin, de sa politique d’affirmation du Québec, qui vise à créer les conditions favorables à la reprise d’éventuelles négociations constitutionnelles. 

À terme, si le Québec obtient la reconnaissance souhaitée, il pourrait adhérer à la Loi constitutionnelle de 1982 et ainsi faire partie officiellement de la grande famille canadienne.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a d’abord catégoriquement rejeté l’idée de rouvrir la Constitution, avant d’adoucir quelque peu le ton lors d’évènements publics subséquents.

Et le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a fait savoir que d’après lui, le Québec bénéficiait déjà largement du système de péréquation, qui équilibre la richesse entre les provinces et territoires. La Saskatchewan donne 500 millions $ par année, tandis que le Québec reçoit plus de 11 milliards $, a-t-il dit.

Malgré ces rebuffades, M. Couillard s’est déclaré «content» des réactions généralement positives, selon lui, lors d’un entretien d’une quarantaine de minutes dans son bureau au parlement. «Je pense que beaucoup de gens ont compris que le thème principal du document, c’est le rapprochement, la participation du Québec, avec son identité et sa fierté nationale.»

Il s’est félicité des déclarations publiques des premières ministres de l’Alberta et de l’Ontario, qui appellent tout de même à la prudence.

«Le désir du Québec de parler de ses valeurs, de sa culture et de sa perspective à l’intérieur de notre Confédération est bienvenu, a affirmé Rachel Notley, première ministre de l’Alberta. Les Albertains et Canadiens savent que toute autre étape menant à une discussion sur la Constitution ne pourra être franchie qu’avec beaucoup de prudence, et ce, seulement si les pourparlers avaient une chance de réussir. Ce n’est pas du tout certain aujourd’hui.»

Saluant les liens «très, très forts» qui existent entre Québec et Queen’s Park, la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a dit comprendre qu’il n’était pas question pour l’instant de rouvrir la Constitution, mais plutôt de continuer de bâtir «des relations solides» afin d’améliorer la fédération canadienne. «C’est ça qui m’intéresse», a-t-elle conclu.

Le Québec plus visible
Qu’à cela ne tienne, le Québec entend bien prendre toute la place qui lui revient autour de la table à Edmonton, a maintenu M. Couillard, qui s’apprête à tester une nouvelle façon de faire.

Par exemple, son gouvernement organisera des «missions» à travers le pays pour encourager la «compréhension mutuelle».

Lors d’une récente conversation téléphonique avec le premier ministre désigné de la Colombie-Britannique, John Horgan, M. Couillard raconte lui avoir dit: «Écoute, il faut qu’on soit proche. Nous, on voudrait aller vous voir et vice versa, et quand je dis «nous», ce n’est pas juste le gouvernement, c’est notre milieu académique, notre milieu des affaires, notre société civile. Ce genre de choses-là, c’est vraiment très, très important.»

Mme Wynne est d’ailleurs la toute première chef de gouvernement d’une autre province à être invitée à s’adresser aux députés de l’Assemblée nationale en septembre. Son allocution prévue au Salon bleu — une première historique pour le Québec, a soutenu M. Couillard — sera suivie d’un conseil des ministres conjoint.

«C’est une démarche qui va s’étaler sur des années, alors je ne m’attends pas à ce que, cette année, il y ait des changements considérables. Par contre, de voir ces rapprochements se faire, de voir ces nouvelles initiatives se construire, ça mène à des conditions de succès éventuelles», a étalé M. Couillard.

Au-delà de sa proposition constitutionnelle, le premier ministre Couillard profitera du Conseil de la fédération pour aborder la question de la légalisation du cannabis, et celle des échanges commerciaux avec les États-Unis.

Pleins feux sur le cannabis
Le Québec compte ainsi aborder la question de la légalisation de la marijuana sous l’angle de la santé publique et de la sécurité publique et «exercer pleinement ses compétences».

À titre de neurochirurgien, M. Couillard se dit particulièrement inquiet pour la santé mentale des jeunes. De nombreux rapports psychiatriques indiquent qu’une consommation importante de cannabis durant l’adolescence peut avoir une incidence sur le nombre et la fréquence de certaines maladies mentales sérieuses.

«Moi, ça me préoccupe beaucoup, a dit le premier ministre, qui semble plutôt favorable à ce que l’âge légal pour consommer du cannabis au Québec soit tardif. Par contre, je me dis: «Sois réaliste». Les jeunes en consommeront même si l’âge légal est 21 ans», a-t-il ajouté.

Ottawa a déjà suggéré 18 ans comme âge légal. M. Couillard, qui assure que le Québec est «assez avancé» dans ses réflexions, s’attend à voir des différences entre provinces, notamment sur le mode de distribution. Normal dans un pays qui n’est pas «unitaire», dit-il. Mais il souhaite que les premiers ministres accordent leurs violons afin d’éviter de faire naître un commerce transfrontalier.

Les coûts accrus en santé publique seront comptabilisés, et la facture envoyée à la Chambre des communes, a dit Philippe Couillard, qui ne s’attend toutefois pas à ce que les provinces produisent une liste de demandes concrètes d’ici la fin de la rencontre.

Sur l’enjeu du cannabis comme sur d’autres, le poids du Québec pèsera lourd, croit-il. «Ils vont encore mieux comprendre, je crois, la perspective que le Québec apporte.

«Parfois, ça peut nous mettre un petit peu en décalage par rapport à ce que le fédéral entend faire ou sa vision; il peut y avoir des différences de programmation ou de réaction avec les autres provinces. Mais le Québec va toujours s’affirmer, va toujours vouloir exercer ses compétences, en général apporter son éclairage spécifique pour les différents dossiers multilatéraux, et je crois que mes collègues sont contents de ça», a-t-il déclaré.

Renégociation de l’ALÉNA: vers une position commune?
S’il y a bien une chose à faire lors de ce Conseil de la fédération, croit Philippe Couillard, c’est d’adopter des attitudes communes sur le libre-échange en vue de l’éventuelle renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). C’est l’objectif le plus facilement atteignable à court terme, selon lui.

Par exemple, rappelons aux Américains qu’il est dans leur intérêt de préserver le libre-échange entre le Canada et les États-Unis, qu’il y a lieu de moderniser l’ALÉNA pour tenir compte notamment du commerce électronique, mais pas de le renégocier à partir de zéro, ce qui serait «excessivement risqué», a énuméré M. Couillard.

Alors que le Québec, plus que jamais, veut prendre sa place dans la fédération, être de tous les forums, faire entendre sa voix, dire qui il est, et ce qu’il veut, il annonce qu’il militera pour le maintien de la gestion de l’offre en agriculture.

Le système canadien de quotas et de contrôle des prix vise à assurer aux producteurs de lait, d’oeufs et de volaille un revenu stable malgré les fluctuations du marché. Le Québec produit environ 40 pour cent du lait canadien.

Le premier ministre défendra également l’exception culturelle, ce droit pour un pays d’exclure la culture des accords commerciaux, d’une importance capitale pour le Québec, a-t-il dit, car la culture n’est pas une simple marchandise.

Le président américain Donald Trump doit publier sa lettre d’enjeux à la mi-août. Celui-ci a déjà signifié dans un message enregistré au ton combatif qu’il abolira l’ALÉNA «pour toujours» s’il n’obtient pas une renégociation «totale».

Les membres du gouvernement Couillard ont effectué 19 missions aux États-Unis depuis janvier; ce nombre gonflera à 30 d’ici la fin de 2017.

Le Québec compte huit représentations aux États-Unis. Une neuvième antenne ouvrira bientôt à Philadelphie. 

Article original sur journalmetro.com:Le Conseil de la fédération s’ouvre à Edmonton


©2017 - Hempyreum.org - Agrégateur de nouvelles sur la Chanvre et le Cannabis [Bêta] | Tous les droits et la propriété du contenu appartiennent à leurs respectifs propriétaires

Publicité