Hempyreum.org
Local Time
English (UK) Deutsch (DE) Français (FR) Español (ES) Italian (IT)
MMM 2017 à Madrid : semez les graines du changement
Auteur: Martín Barriuso 07/06/2017 - 11:55:00

Depuis les 21 dernières années, la Marche mondiale de la marijuana rassemble des foules et les rues de Madrid s’emplissent d’une agréable fumée et de revendications de plus en plus tangibles. L’atmosphère y était détendue, et tous ont réclamé et anticipé un changement qui paraît imminent. 

Comme tous les ans depuis les 21 dernières années, la Marche mondiale de la marijuana (MMM 2017) s’est tenue à Madrid où des milliers de personnes sont sorties dans les rues pour festoyer et manifester. Différents courants du mouvement cannabique se sont réunis afin de réclamer des changements législatifs dans une période marquée par l’abondance de processus de réglementation où personne ne veut être mis à l’écart. 

Comme tant d’autres villes partout dans le monde, Madrid organise chaque année la Marche mondiale de la marijuana (MMM). Le thème cette année était « Semez les graines du changement. Cultivez vos droits », et l’événement était organisé par l’organisation qui l’a toujours fait, la AMEC (Association madrilène des études sur le cannabis), ainsi que par la FAC, MADFAC et Regulación Responsable. Des milliers de personnes ont répondu à l’invitation. 

Les participants de la marche « Semez les graines du changement », organisée par la FAC. De gauche à droite, Javier Puig, Nerea Ahedo, Patty Amiguet, Anna Azamar et Fernando Aranaz « Lucky »

Une journée de débats pour réchauffer les moteurs

Deux jours avant la tenue de la MMM 2017, le jeudi 4 mai, la FAC a décidé d’organiser au Centre culturel de Lavapiés deux tables rondes afin d’évaluer la situation actuelle entourant la réglementation du cannabis en Espagne. L’une d’elles était composée d’activistes et l’autre, d’acteurs politiques. Cependant, comme Unidos Podemos et PSOE n’ont pu se présenter et que seuls ERC et PNV étaient présents, les tables se sont jointes au dernier moment. Le débat s’en est trouvé renforcé puisque se sont tenus de vrais échanges directs entre les politiciens et les consommateurs. En plus des dizaines de personnes présentes dans la salle, des centaines d’autres ont pu suivre le débat en direct sur Periscope.

Fernando Aranaz « Lucky » de la AMEC a agi à titre de modérateur lors de ce débat auquel ont aussi participé Javier Puig, président de la FAC, Patty Amiguet, présidente de la fédération catalane CATFAC, la sénatrice Nerea Ahedo du Parti nationaliste vasque (PNV), la sénatrice Anna Azamar de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), et moi-même en tant que porte-parole de FAC et président de Pannagh. Durant plus de deux heures, nous avons passé en revue les initiatives politiques actuellement déployées et analysé les perspectives pour l’avenir. Nous avons aussi parlé des processus judiciaires auxquels font face les associations cannabiques, particulièrement celles en attente de jugement, par exemple le cas Pannagh. L’impression générale a été que la création d’une présentation parlementaire au sujet de la réglementation du cannabis (qui est nécessaire et possible) ralentirait certainement la résolution de ces cas, puisque le tribunal constitutionnel préférerait probablement attendre que surviennent les changements législatifs avant de se prononcer.

L’atmosphère était détendue et tous les participants ont fait preuve d’optimisme quant à la possibilité d’une nouvelle législation à moyen terme en matière de cannabis, mais tous étaient d’avis que la proposition de Ciudadanos sur le cannabis médical, bien que positive, demeure insuffisante, et que l’initiative législative populaire sur les associations et la culture personnelle était aussi déficiente. Il y a aussi eu consensus sur le fait que pour résoudre la situation actuelle, il est essentiel de mener le débat au Parlement espagnol (Cortes Generales) afin de modifier le Code pénal et la loi sur la sécurité des citoyens.

Nous avons aussi pu découvrir que l’accord conclu entre le PNV et le gouvernement du PP afin d’approuver le budget national – dans lequel les nationalistes ont bénéficié de plusieurs concessions en échange de leurs votes – n’incluait pas le recours pour inconstitutionnalité présenté par l’administration de Rajoy contre un article de la loi basque sur les addictions qui traite des associations cannabiques. De grands espoirs avaient été placés sur la question, puisque si le recours était enlevé, il serait possible pour les parlements autonomes de réglementer les clubs cannabiques, maintenant que la majorité d’entre eux se penchent sur cette possibilité. La vérité est que ce sera le dernier point à être débattu, et les chances semblent minces considérant que le PP revoit sa position. En effet, le responsable du Plan national sur les drogues, Francisco Babín, se montre extrêmement réticent à changer que ce ne soit qu’une seule virgule aux lois actuellement en matière de cannabis, sauf pour les rendre encore plus dures.

Les ballons ont empli la Puerta del Sol avant le commencement de la MMM 2017

Un après-midi rempli de ballons

Comme le veut la tradition, les quartiers généraux de la AMEC situés rue Salitre 23 en plein quartier Lavapiés, vibraient déjà d’activités depuis midi, le samedi de la Marche. L’activité principale, entre les joints et de la bonne nourriture maison, était de gonfler et d’attacher les mille ballons verts portant le slogan « Sans bâillon, finies les amendes » (en référence à la loi sur la sécurité des citoyens) destinés à être distribués durant la manifestation. En fait, ces ballons sont l’emblème même de la manifestation de Madrid et figurent sur l’affiche promotionnelle.

Un peu avant 18 h, les activistes provenant de partout en Espagne sont sortis des quartiers généraux pour se rendre à la Puerta del Sol, le point de départ de la marche. Et comme chaque année, nous avons dû distribuer bien des ballons avant même de nous rendre au point de départ puisque tout le monde en voulait un, pour l’accrocher à leur balcon, leur voiture, leur poignet. Un grand nombre de personnes ont aussi décidé de se joindre à la MMM aussitôt qu’elles ont compris de quoi il s’agissait, prenant d’abord la peine de prendre un selfie devant la bannière de la marche. Très peu de manifestations à Madrid suscitant autant la curiosité des touristes.

Empruntant la rue Montera et la Gran Vía pour se terminer à la Plaza de España, le trajet de la marche ne comptait pas plus de 1,4 km, soit 15 minutes de marche, mais la manifestation a duré presque deux heures. Pourquoi se presser quand on peut fumer dans la rue sans se faire arrêter, manifester en paix, danser au son de musique batucada et s’arrêter ici et là pour se rafraîchir dans les bars et les magasins bordant les rues ?

Cela fait maintenant 21 ans, sans interruption, que la Marche mondiale de Madrid est un événement paisible et festif qui ne perd pas une once de dissidence, particulièrement dans le contexte actuel. La MMM a connu des débuts difficiles en raison de pressions policières et des nombreuses tentatives de la dissoudre ou de la cacher, mais aujourd’hui, elle est devenue presque complètement normalisée, reflétant parfaitement bien ce qui se passe dans la société. Au moins une fois dans l’année, la police nous escorte au lieu de nous fouiller, et fait fi de l’odeur de marijuana qui inonde la Gran Vía. Nombreuses sont les personnes qui, en nous voyant manifester, nous applaudissent et nous acclament. D’autres semblent surpris (les touristes en particulier, en fonction de leur origine) mais aucun ne démontre de colère ou de désaccord. Voilà la preuve que les choses ont changé et que les gens ne nous considèrent dorénavant plus comme d’étranges créatures malodorantes, que les revendications que nous faisons depuis des années sont maintenant acceptées par la société.

La marche a été très animée et a rassemblé des milliers de participants à certains moments, bien que le nombre réel de participants soit difficile à calculer puisque durant les quatre heures qui se sont écoulées entre l’inauguration officielle et la fin des spectacles musicaux, bien des gens sont venus et partis à différents moments. En fait, lorsque la dernière prestation a commencé, la majorité des gens étaient déjà partis. On a vu de nombreuses affiches proclamant « Libre culture personnelle thérapeutique », « Cultive tes droits, récolte tes libertés », « La prohibition du cannabis nuit gravement à l’économie de ton pays » ou encore « Réglementation complète maintenant ! » Des slogans ont aussi été scandés d’abord avec énergie jusqu’à ce que la foule s’épuise et que les derniers manifestants dansent au rythme des scansions.

La tête de la procession de la marche en arrivant à la fin de la Gran Vía

Manifester pour le changement

La manifestation s’est terminée à la Plaza de España, où il y a eu un spectacle de clôture et de la musique jusqu’à 22 h. La présidente de la CATFAC, Patty Amiguet, et la présidente de Regulación Responsable, Clara Torrijos (@ClaraMaTv) – les deux fondatrices du réseau REMA (Réseau national des femmes anti-prohibitionnistes) – ont lu ensemble le manifeste de la MMM 2017. Le texte appelait pour le respect de toutes les initiatives de réglementation présentement déployées, puisque chaque effort compte, ainsi que pour la reconnaissance des femmes en ce qui concerne le cannabis et la réglementation. Les deux femmes ont semblé très émues lors de leur élocution et ont fondu dans les bras de l’autre à la toute fin.

Elles ont entre autres déclaré ceci : « sachez une fois pour toutes que nous ne cherchons pas à enfreindre vos lois, mais bien de contribuer à en élaborer de nouvelles ! » Cette demande d’inclusion et celle de mettre fin à l’immobilisme du gouvernement actuel ont constitué les points majeurs du discours, ainsi que la confirmation que ce qui manque pour véritablement changer les lois comme le demandent la population, les tribunaux, les forces de l’ordre et tous les gens affectés directement par la guerre contre les drogues est une réelle volonté politique. Elles ont aussi souligné l’importance de s’assurer que les propositions du mouvement cannabique soient transversales et inclusives et le besoin d’établir des alliances avec d’autres mouvements sociaux.

Clara Torrijos (gauche) et Patty Amiguet ont lu ensemble le manifeste à la Plaza de España

Nouveau rendez-vous le 28 mai

Cette année, la MMM 2017 n’est pas le seul événement inscrit au calendrier. Encore au mois de mai, cette fois-ci le 28, Madrid accueillera la Mani-fiesta-acción, un autre grand événement cannabique où se tiendra de 17 h à 21 h une démonstration politique et des spectacles donnés par des artistes invités.

Comparution du ICEERS et de la FAC au parlement des îles Baléares

Le 10 mai, soit quatre jours après la MMM 2017, la Commission de la santé du parlement des îles Baléares a célébré la comparution de Òscar Parés, directeur adjoint du Centre international pour l’éducation, la recherche et les services en ethnobotanique (ICEERS) ainsi que la mienne en tant que représentant de la FAC. Nous avions effectivement comparu dans le cadre de l’exposition des études en matière de réglementation des clubs sociaux cannabiques (CSC) et de l’usage thérapeutique du cannabis. Parés a pris la parole le premier pour expliquer quelques caractéristiques particulièrement intéressantes des CSC du point de vue de la réduction des risques, s’appuyant largement sur l’étude menée par le ICEERS à Cataluña.

Òscar Parés a parlé devant la Commission de la santé du parlement des îles Baléares

Pour ma part, j’ai expliqué la situation actuelle d’insécurité juridique qui nuit aux associations, ainsi que les processus politiques et juridiques qui nous ont menés là où nous sommes. J’ai aussi précisé comment la relation entre les CSC et le cannabis médical n’est que circonstancielle, que l’usage thérapeutique du cannabis est un aspect qui est du ressort du système de la santé, que la possibilité de créer un accès alternatif au cannabis repose dans une réglementation intégrale, et que la raison pour laquelle nous voulons résoudre la situation dans l’immédiat est que le système n’offre aucune option aux patients, ce qui compromet leur santé. Tous les acteurs présents ont remercié les intervenants d’avoir autant clarifié la situation, et la séance a été suivie d’une période de questions. 

The post MMM 2017 à Madrid : semez les graines du changement appeared first on Sensi Seeds Blog.

Article original sur sensiseeds.com:MMM 2017 à Madrid : semez les graines du changement


©2017 - Hempyreum.org - Nouvelles sur la Chanvre et le Cannabis [Bêta] | Tous les droits et la propriété du contenu appartiennent à leurs respectifs propriétaires

Publicité