Hempyreum.org
Local Time
English (UK) Deutsch (DE) Français (FR) Español (ES) Italian (IT)
Le Royaume-Uni reconnaît officiellement le CBD en tant que médicament
Auteur: Miranda  09/03/2017 - 07:44:00

L’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA, de son sigle anglais) du Royaume-Uni s’est résolue à reconnaître et classer le cannabidiol (CBD) comme ingrédient médicinal officiel dès 2017. L’Agence a justifié sa décision en s’appuyant sur les données scientifiques qui confirment son efficacité, et afin de protéger la santé des patients, elle a établi des normes de sécurité, de qualité et de performance auxquelles doivent se soumettre les fabricants de produits à base de CBD. Bien qu’il s’agit là d’une bonne nouvelle pour les patients et la communauté cannabique britannique, le gouvernement ne reconnaît toujours pas le pouvoir médicinal de la plante entière. 

A partir de 2017, le cannabidiol (CBD) – un des cannabinoïdes contenus dans la plante de cannabis – sera classifié et inclus dans la liste de médicaments du Royaume-Uni. La MHRA a pris sa décision le 13 octobre 2016, et le 13 décembre de la même année, la classification est officiellement entrée en vigueur. Ainsi, les produits contenant cet ingrédient extrait du cannabis seront considérés des médicaments légaux, et non seulement des compléments alimentaires ou des cosmétiques, comme c’était le cas jusqu’à maintenant.

« Nous sommes arrivés à la conclusion que les produits contenant du cannabidiol (CBD) utilisés à des fins thérapeutiques sont des médicaments », a déclaré le porte-parole de la MHRA dans un communiqué publié sur la page Web de l’Agence qui est régie par le ministère britannique de la Santé.

Le potentiel médicinal du CBD reconnu officiellement

Il semble qu’au Royaume-Uni, contrairement à d’autres pays, la politique relative au cannabis commence à se fonder sur les résultats dérivés d’innombrables travaux de laboratoire et à considérer les rapports anecdotiques et les témoignages de patients à l’effet que le CBD apporte un énorme soulagement dans le traitement de maladies et troubles, de l’épilepsie infantile en passant par l’autisme, le cancer, et bien d’autres.

Cette nouvelle classification du CBD en tant que médicament – au lieu de continuer à repousser la question pendant des années sous prétexte d’un manque de données et de recherches scientifiques – représente pour les patients britanniques une étape de plus vers l’éventuelle consommation de produits médicaux légaux à base de cannabis. En outre, elle représente la reconnaissance de ce phytocannabinoïde comme agent thérapeutique viable.

La MHRA a conclu que les produits contenant du CBD respectent la deuxième condition nécessaire pour être défini comme un « médicament », à savoir, qu’ « il peut être utilisé chez l’humain ou lui être administré, en vue de restaurer, de corriger ou de modifier des fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique, soit d’établir un diagnostic médical ». Voilà une conclusion très importante puisque pour la première fois, le gouvernement britannique semble reconnaître les bienfaits du cannabis.

La décision de la MHRA implique que cette dernière sera responsable de superviser la production de CBD à la grandeur du pays et d’encadrer les entreprises qui vendent les produits à base de CBD en établissant des normes de sécurité, de qualité et de performance auxquelles doivent dorénavant se soumettre les fabricants de produits à base de CBD.

Depuis octobre 2016, lorsque l’Agence a annoncé son intention de classer le CBD dans la liste des médicaments, elle a également pris la décision controversée d’informer par écrit les producteurs et les distributeurs de produits à base de CBD qu’ils devaient dorénavant posséder une autorisation de commercialisation desdits produits applicable à leur territoire. Pour l’instant, on ne sait pas si l’actualisation du communiqué de l’Agence impliquera la révocation des ordres, comme le laissent entendre certains, mais une chose est sûre, ces nouvelles mesures auront un impact négatif sur le marché déjà en place et sur les patients qui l’utilisent.

La MHRA a décidé d’inclure le CBD à la liste des médicaments du Royaume-Uni (CC. Steffen Geyer)

Ce changement est supposément nécessaire pour assurer la sécurité des patients

Selon ce qu’a déclaré la MHRA, après avoir constaté qu’une série d’entreprises qui fabriquaient ces produits faisaient ouvertement des « affirmations au sujet de leurs propriétés médicinales », elle a décidé d’analyser et d’étudier les effets du CBD. Après avoir procédé à l’examen des preuves, l’Agence a conclu « que les gens utilisaient ce produit en croyant réellement qu’il allait les aider. »

Pour éviter l’apparition d’un marché non réglementé et potentiellement dangereux pour les patients consommant du CBD, à partir de 2017, les médicaments contenant du CBD seront vendus en pharmacie, sous condition que soient respectées les normes de qualité, d’efficacité et de performance établies par la MHRA.

« Notre préoccupation principale est la sécurité des patients, et nous répétons que tous ceux qui utilisent des produits à base de cannabidiol (CBD) pour traiter ou contrôler les symptômes de maladies doivent en avertir leur médecin », a déclaré un porte-parole de l’Agence.

Gerald Heddel, directeur de la MHRA, a déclaré ceci à Sky News : « Le changement est véritablement survenu lorsque nous sommes parvenus à la conclusion que le CBD est un médicament et que cette opinion se base sur le fait que nous avons constaté qu’il y avait des gens qui affirmaient que certaines maladies pourraient être traitées au CBD. »

Dans son communiqué, l’Agence a laissé savoir qu’elle travaillerait de concert, sur une base individuelle, avec les fabricants et les commerçants pour procéder à la certification des produits à base de CBD utilisés à des fins médicinales qui peuvent être classifiés comme médicaments afin qu’ils respectent les normes légales dictées par la Loi des médicaments à usage humain de 2012. Elle a en outre ajouté qu’elle avait déjà informé 18 entreprises de son changement d’opinion.

Seul le potentiel médicinal du CBD est reconnu, et non celui de la plante de cannabis

Seul le pouvoir médicinal du CBD est reconnu, et non pas celui de la plante entière (CC. Biodiversity Heritage Library)

En dépit de l’apparence positive de la situation, il ne faut pas oublier qu’au Royaume-Uni, la possession, la consommation et la culture de cannabis continuent d’être illégales, ce qui nuit terriblement à d’innombrables patients. Bien que le gouvernement britannique reconnaît, en passant par la MHRA, les propriétés thérapeutiques du CBD – phytocannabinoïde retrouvé uniquement et exclusivement dans la plante de cannabis – la plante de cannabis continue à être considérée comme une drogue ou un stupéfiant de classe B, c’est-à-dire, dépourvue de valeur thérapeutique. Quiconque se faisant arrêter en possession de cannabis peut faire face à une peine d’emprisonnement.

Le cannabis renferme de nombreux principes actifs appelés cannabinoïdes, ou phytocannabinoïdes. Ce sont ces composés qui lui confèrent ses vertus thérapeutiques, certains d’entre eux étant très connus, le THC et le CBD par exemple.

Le THC est sans conteste le composé psychoactif le plus célèbre ; c’est lui qui produit les effets cérébraux que l’on qualifie de high. Les consommateurs récréatifs recherchent exactement cet effet, mais ce n’est pas le cas pour la majorité des patients. Voilà pourquoi, entre autres, le CBD ne cesse de gagner du terrain. A ce jour, c’est l’un des phytocannabinoïdes les mieux connus et étudiés, et comme ses effets contrent ceux du THC, on le considère généralement intrinsèquement non psychoactif, et à ce titre, légal dans beaucoup plus d’endroits que son cousin tant controversé, le THC.

En vertu du caractère non psychoactif du CBD, la communauté médicale s’y intéresse de plus en plus. A l’heure actuelle, de solides preuves anecdotiques appuient le potentiel thérapeutique du CBD. En outre, son efficacité a été démontrée dans le traitement des symptômes de nombreuses maladies, tels le cancer, la dépression, la sclérose en plaques, l’épilepsie et la maladie de Crohn.

La popularité du CBD ne cesse de croître puisqu’il aide un grand nombre de personnes à traiter leur maladie et ce, sans effet secondaire. Pourtant, à l’heure actuelle, la médecine officielle comme les essais cliniques accusent un retard relativement aux expériences individuelles et personnelles des patients qui se traitent à l’aide de produits à base de cannabis ou de CBD.

Toutefois, il faut se rappeler que la plante contient entre 70 et 100 phytocannabinoïdes en concentrations différentes, et une foule d’autres composés chimiques comme des terpènes, des terpénoïdes, des flavonoïdes, etc., qui exercent leurs propres effets, mais qui agissent aussi en synergie, ce que les scientifiques appellent l’effet entourage.

C’est une bonne chose que la MHRA commence à reconnaître que le CBD a le pouvoir de « restaurer, corriger et modifier » les « fonctions physiologiques » chez les humains, pour reprendre ses termes, mais il ne fait pas ignorer la plante de laquelle il provient. Il faut cesser de stigmatiser ce qui provient de la plante de cannabis, entièrement ou en partie, tel le THC qui est aussi bénéfique d’un point de vue médical, entre autres dans le traitement du trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Critiques, doutes et préoccupations de la part des patients

Les activistes cannabiques croient qu’au moins, cette nouvelle classification rouvre le débat national entourant la question du cannabis médicinal (CC. Rusty Blazenhoff)

Alors que la reclassification du CBD semble être une bonne nouvelle pour les patients du Royaume-Uni, ces derniers et tous les membres de la communauté cannabique appréhendent ce changement d’attitude de la part de leur gouvernement qui jusqu’à maintenant n’avait jamais valorisé le cannabis.

Bien que les autorités britanniques déploient les mesures nécessaires pour assumer la responsabilité du marché du CBD – alors que les autres gouvernements européens ou la DEA américaine ne semblent pas avoir l’intention d’aller dans la même direction – ce n’est pas tout le monde qui croit qu’il s’agit là d’une décision prise dans le but d’assurer la sécurité des patients, et bien des gens pensent que les motifs véritables sont cachés du public.

La plus grande préoccupation au sujet de ces produits concerne l’approvisionnement : la majorité des gens du Royaume-Uni achète leurs produits à base de CBD sur Internet à partir d’un marché non réglementé, s’exposant ainsi à des risques potentiels. Maintenant que la MHRA exige que les fabricants de tels produits se conforment à de strictes normes de sécurité, de qualité et de performance, les consommateurs craignent que la nouvelle réglementation impose des restrictions trop sévères qui pourraient avoir des conséquences néfastes sur le marché et restreindre l’approvisionnement. Cette situation serait très grave pour les patients qui ne peuvent attendre et ont absolument besoin de leur médicament.

De plus, le fait que cette nouvelle réglementation n’affecte que le CBD et non la plante de cannabis entière pourrait envoyer un message contradictoire au public au sujet de la sécurité et de la légalité du cannabis. Tout de même, les activistes cannabiques croient que la reconnaissance du CBD en tant que médicament va rouvrir le débat national sur le cannabis médicinal.

Seul le temps nous permettra de déterminer si cette décision aura un véritable impact sur la normalisation du cannabis médicinal, ou si au contraire, elle ne fera qu’enrichir une poignée d’entreprises pharmaceutiques. A l’évidence, l’entreprise britannique GW Pharmaceuticals se réjouie de cette nouvelle classification, et s’apprête à obtenir l’approbation de l’UE pour son nouveau produit pharmaceutique, Epidiolex, une formule liquide à base de CBD utilisée dans le traitement de maladies telle l’épilepsie infantile.

Selon cette réglementation médicale britannique, les fabricants qui veulent vendre leurs produits à base de CBD devront posséder une autorisation de commercialisation, ou bien les enregistrer en tant que médicaments traditionnels à base de plantes. Ces procédures sont très onéreuses (la demande en coûte quelque 103 000 £), et s’ajoutent les dépenses liées à l’approvisionnement en données cliniques concernant les produits. En présence de ce cadre juridique favorable au CBD en tant que substances pharmaceutiques, les grandes entreprises pourraient éliminer l’apparition de petits compétiteurs.

Malgré tout, cette nouvelle marque une première

Quel que soit le point de vue adopté, le fait que la MHRA reconnaisse le CBD en tant que médicament représente un point tournant dans l’histoire du cannabis médicinal au Royaume-Uni. Il s’agit de la première fois que le gouvernement, par l’entremise d’un de ces organes, franchit une étape dans la reconnaissance officielle de la valeur thérapeutique du cannabis.

L’usage médicinal de la plante remonte à plus de 2 500 ans, et durant des siècles, elle est demeurée une substance efficace et populaire, jusqu’à ce qu’apparaisse la prohibition du cannabis et que s’ensuive l’infructueuse guerre contre les drogues. Aujourd’hui, nous disposons de solides preuves scientifiques et de témoignages de patients, du Royaume-Uni et de partout au monde, qui appuient sa valeur médicinale et son efficacité.

Au cours de l’année 2016, de plus en plus de membres du Parlement britannique ont appuyé la pétition demandant une réforme « radicale » de la politique en matière de drogues qui s’est avérée un vrai échec au Royaume-Uni. Des membres provenant de tous les partis politiques ont formé un groupe appelé le All Party Parliamentary Group for drugs (APPG), et ont présenté un rapport transversal dans lequel ils recommandent l’accès légal au cannabis médicinal. On peut y lire, entre autres, qu’une possible légalisation pourrait renflouer les coffres de l’Etat de près de 1 000 millions de livres sterling annuellement.

Espérons que cette nouvelle réglementation des produits à base de CBD sera succédée de bien d’autres avancées qui éventuellement dissiperont la prohibition du cannabis au Royaume-Uni. Bien que pour l’instant, rien n’indique que le pays prévoit légaliser l’usage récréatif, les choses bougent au moins du côté médical.

En dépit des changements qui affectent le domaine médical, rien ne semble montrer que le pays a l’intention de légaliser l’usage récréatif (CC. duncan c)

Alors que le CBD est classé en tant que médicament au R-U, de l’autre côté de l’Atlantique, la DEA le classe aux côtés de l’héroïne

Paradoxalement, presque au même moment où la MHRA a confirmé son intention de classer le CBD parmi les médicaments, la DEA a introduit une modification dans la classification des drogues, restreignant encore plus l’accès des Américains à l’huile de CBD. Elle classe désormais toutes les extractions de cannabis, incluant le cannabidiol, aux côtés de l’héroïne et de la cocaïne, dans l’annexe I des substances contrôlées.

Ainsi, d’un côté de l’océan, l’agence antidrogue américaine juge que toute extraction provenant du cannabis, incluant le CBD, est dépourvue de valeur médicinale, rejetant par le fait même toutes les données scientifiques amassées durant des décennies, alors qu’au Royaume-Uni, la MHRA préconise la compassion médicale et le bon sens, bien qu’elle se limite à classer le CBD comme médicament.

Ces deux approches diamétralement opposées mettent en relief et démontrent clairement le manque de consistance et de logique dont font preuve les gouvernements en matière de législation. Alors qu’ils prétendent réformer des politiques infructueuses, leurs efforts finissent toujours par porter préjudice à ceux qui sont les plus concernés : les patients. 

The post Le Royaume-Uni reconnaît officiellement le CBD en tant que médicament appeared first on Sensi Seeds Blog.

Article original sur sensiseeds.com:Le Royaume-Uni reconnaît officiellement le CBD en tant que médicament

..


info
Totale pages / langue:   39'098 / 2'437
Dans l'archive :   46'558
Pages des dernières 24 heures:   5
Pages de ce mois:   394
Affichage:   15'848'3603'605'182
Affichage dans l'archive:   15'325'957

©2018 - Hempyreum.org - Agrégateur de nouvelles sur la Chanvre et le Cannabis [Bêta] | Tous les droits et la propriété du contenu appartiennent à leurs respectifs propriétaires

Publicité