Hempyreum.org
Local Time
English (UK) Deutsch (DE) Français (FR) Español (ES) Italian (IT)
Les chaînes YouTube dédiées au cannabis ont toutes été suspendues
Auteur: Scarlet Palmer  02/05/2018 - 12:00:00

Qu’arrive-t-il aux chaînes YouTube dédiées au cannabis ? YouTube (propriété de Google) suspend toutes les chaînes dédiées au cannabis, et pas seulement les plus petites. De plus en plus de créateurs de contenu lié au cannabis se font retirer des sphères virtuelles. Pour les propriétaires de ces chaînes, aucun recours ne semble possible.

Bien que YouTube les ait informés dans un courriel que leurs actes contrevenaient aux conditions d’utilisation, il ne semble pas que de telles accusations puissent s’appliquer au contenu de ces chaînes.

Bien que YouTube les ait informés dans un courriel que leurs actes contrevenaient aux conditions d’utilisation, il ne semble pas que de telles accusations puissent s’appliquer au contenu de ces chaînes.

Combien de chaînes dédiées au cannabis YouTube a-t-il suspendues jusqu’à maintenant ?

Nous n’allons pas mentir, nous y voyons une attaque personnelle ! La première chaîne à avoir été suspendue, selon ce qu’a appris Sensi Seeds, a été Marihuanatelevision.tv. Non seulement sommes-nous un de ces principaux commanditaires, mais de plus, ses créateurs se rendaient souvent à Amsterdam où ils étaient toujours intéressés à documenter nos activités. Un des membres de l’équipe avait même visité notre entreprise sœur, HempFlax, pour filmer ses champs de chanvre industriel.

Peu de temps après cette nouvelle, on apprenait que Cannaweed, le plus grand forum cannabique français dont les créateurs sont aussi nos amis, venait aussi de perdre sa chaîne. Après une brève réactivation le 19 avril, ils ont appris que la suspension était motivée par la diffusion d’une vidéo sur la germination de graines de cannabis. Pour comble d’insulte, la chaîne Cannaweed a été de nouveau suspendue quelques heures plus tard.

La chaîne YouTube de Sensi Seeds, au moment de la rédaction de cet article, est encore active, quoiqu’il soit totalement possible qu’elle soit retirée sous peu. C’est arrivé à d’autres banques de graines. Le site Web du magazine canadien Cannabis Culture a vu son propre Pot TV retiré de la plateforme YouTube après huit ans de diffusion.

Cette élimination sélective ne se limite pas à des chaînes d’entreprises. Les comptes d’individus sont aussi suspendus, comme celui de Joel Hradecky. Ce patient se traitant légalement au cannabis médical, connu sur YouTube sous le pseudonyme Customgrow420, avait 1,5 million d’abonnés et 193 millions de visionnements. Le compte du plus populaire « WeedTuber » a été suspendu le 18 avril.

D’autres individus comme « ThatWeedCouple » et « BorisPetit » sont passés en mode privé après que certaines de leurs vidéos aient apparemment été supprimées. « UrbanRemo », un activiste cannabique canadien ayant quelque 190 000 abonnés dont la présence sur YouTube remontait à huit ans a aussi vu son compte supprimé sans préavis. Qui plus est, son fils « UrbanMichael » a lui aussi perdu sa chaîne YouTube après avoir dénoncé ce qui venait d’arriver à son père dans sa vidéo « The End of WeedTube ? »

Une excellente couverture a été faite par iSmoke, mais malheureusement, cette chaîne cannabique compte aussi parmi celles qui ont été éliminées.

Depuis combien de temps la situation dure-t-elle ?

La piste remonte à un phénomène que les fans de YouTube et les créateurs de contenu appellent l’Adpocalypse. Malgré le fait que YouTube démonétise (supprime les publicités) ses vidéos depuis 2012, ce n’est qu’en 2016 que les créateurs ont été mis au courant de la situation.

L’année précédente, l’algorithme qui établissait l’admissibilité des vidéos à la publicité avait été changé afin de mieux détecter les contenus de nature potentiellement terroriste. Cette procédure est assurément désirable, mais comporte les problèmes liés à son automatisation. On peut demander un examen effectué par des humains lorsqu’une vidéo est signalée, mais cela ne garantit en rien qu’elle sera de nouveau monétisée.

Comment YouTube décide-t-il si les vidéos sont appropriées ?

En dépit de la taille et des revenus de YouTube (après Google, c’est le plus important site Web au monde), la plateforme décide d’externaliser le processus de suivi de l’admissibilité des contenus présentés à ses utilisateurs. L’option « signaler un contenu inapproprié » ressemble à celle des politiques de signalement de Facebook et d’Instagram qui permet à tout utilisateur mécontent de signaler un affichage. Les vidéos signalées comme étant inappropriées sont visionnées par un employé de YouTube qui décide si elles sont retirées ou non.

Ce n’est donc pas surprenant qu’avec 1,3 milliard d’utilisateurs, et un nombre comparable de vidéos diffusées, certains contenus soient injustement signalés comme étant inappropriés, alors que d’autres, véritablement inappropriés, demeurent en ligne. Pour contester le maintien en ligne de vidéos offensives contenant leur publicité, les publicitaires ont commencé à retirer leur argent. Certaines chaînes s’appuient lourdement sur les recettes de ces publicitaires qui génèrent des milliards de dollars pour YouTube et Google. C’est le début de l’Adpocalypse.

YouTube a-t-il le droit de procéder de la sorte, contrevient-il à ses propres règles ?

 Les répercussions affectent les créateurs de tout contenu pouvant être considéré comme le moindrement risqué pour YouTube. Par exemple, des vidéos exposant les enjeux LGBT ont été signalées et démonétisées sous prétexte qu’elles sont de nature sexuelle. Une autre des raisons justifiant une potentielle démonétisation est « la promotion de drogues ou de substances règlementées, incluant la vente, la consommation et l’abus de telles substances ».

Une des premières victimes de cette règle a été la chaîne couvrant les traitements du diabète et les coûts des médicaments d’ordonnance. Ce signalement motivé par la promotion de la consommation de drogues montre clairement que l’algorithme n’est pas aussi efficace qu’il devrait l’être.

« Enquêter sur le problème »

La démonétisation est une chose ; l’élimination des vidéos et des chaînes complètes en est une autre. Le niveau de censure qu’applique YouTube aux chaînes dédiées au cannabis est fulgurant. Un « WeedTuber » rapportait en février 2018 qu’environ « 50 % de la communauté » ont vu leur chaîne disparaître, la seule réponse de YouTube étant un courriel expliquant qu’il allait « enquêter sur le problème ».

De la même manière qu’en ouvrant un compte sur Instagram, sur Facebook ou sur toute autre plateforme de médias sociaux il faut accepter les conditions d’utilisation du fournisseur, télécharger des vidéos sur YouTube implique qu’il faille accepter la possibilité qu’elles soient retirées.

Sensi Seeds a eu une expérience directe de cette situation lorsque notre ancien compte Instagram a été désactivé sans préavis et que Facebook a supprimé plusieurs affichages et photos de la page Facebook de Sensi Seeds.

Actuellement, on ne sait pas si cette élimination sélective est terminée ou si elle ne fait que s’amorcer de manière durable. La rumeur selon laquelle Google aurait embauché 10 000 nouveaux employés dont la tâche précise serait de « nettoyer » YouTube n’est pas encore confirmée, mais elle pourrait expliquer ce qui se passe.

A notre connaissance, aucun des comptes suspendus ou désactivés n’a été rétabli en dépit des demandes d’enquêtes faites par des humains.

Votre chaîne YouTube a-t-elle été suspendue ? Vos WeedTubers préférés vous manquent-ils, vous demandez-vous où ils sont passés ? Partagez vos commentaires dans la section réservée à cet effet, et restez branchés pour les dernières nouvelles.

The post Les chaînes YouTube dédiées au cannabis ont toutes été suspendues appeared first on Sensi Seeds Blog.

Article original sur sensiseeds.com: Les chaînes YouTube dédiées au cannabis ont toutes été suspendues

..

©2018 - Hempyreum.org - Agrégateur de nouvelles sur la Chanvre et le Cannabis [Bêta] | Tous les droits et la propriété du contenu appartiennent à leurs respectifs propriétaires

Publicité